Connect
To Top

Lettre à une nation Végétarienne


 

Aperçu de cet article:

1.Les valeurs de base:

   1.Améliorer l’environnement est bon.

   2.Réduire la souffrance des animaux autant que possible est bon.

   3.Développer une civilisation durable est bonne.

 

2.L’agriculture est en train de passer rapidement à des modèles durables

3.Il est impossible de produire des aliments de façon durable sans un grand nombre de têtes de bétail.

4.Il est impossible de produire de la nourriture dans des environnements fragiles sans  plus de bétail

5.Par conséquent une civilisation durable doit inclure un grand nombre de têtes de bétail sur toutes les terres agricoles et tous les terrains .

6.Ce bétail va mourir.

7.Nous devrions probablement tuer la plupart d’entre eux.

8.Nous devrions probablement manger leurs viande.

9.L’éthique de la perte de potentiel.

10.Changement climatique

11.Conclusion

12.Ressources

 

Il a  beaucoup d’information à l’appui de ces déclarations dans des articles distincts afin de garder cet article à une longueur gérable. Je vous encourage à lire ces articles à l’appui . Surtout si vous voulez une compréhension en profondeur du raisonnement derrière chacune de ces déclarations.

 

 

Africa-UK-1611

 

 

 


1. Les valeurs de base


 

Ce sont les valeurs que je détiens, et les valeurs que je crois que la plupart des gens (surtout les végétaliens et les végétariens) détiennent. Je ne vais pas argumenter pour ou contre ces valeurs de base dans cet article, car ils ont tous été discuté en détail par ailleurs.

 

  • Les choix alimentaires que nous faisons ont des conséquences éthiques, ils influencent l’environnement, bien-être animal, et la structure économique de notre société. Nous devrions choisir consciemment notre nourriture.
  • L’environnement soutient toute la vie sur Terre, y compris nous, et nous devons donc nous assurer que nous n’allons pas l’endommager. Si nous portons atteinte à notre système de support de vie, nous sommes vraiment nous-mêmes dommageable.
  • La souffrance des animaux doit être réduite autant que possible. Les fermes industrielles représentent probablement les pires souffrances que grand nombre d’animaux ont déjà eu à endurer. L’élevage industriel doit être arrêté dès que possible.
  • Notre civilisation doit dépasser la dépendance sur les ressources non renouvelables. Nous devons être durable, par définition, ou notre civilisation finira par échouer. (Je fais pas de déclarations sur la façon dont rapidement ou lentement cela doit se faire)

 

Espérons que vous êtes d’accord avec la plupart ou la totalité de ces déclarations. Si non, laissez-moi un commentaire.

 

batthens10_300_1

Les fermes industrielles sont terribles et doivent cesser.

 

J’ai énormément de respect pour les végétaliens et végétariens parce que vous comprenez vraiment que ce que vous mangez a un impact énorme sur notre monde. Non seulement vous  vous en souciez, mais vous avez réellement mis vos idéaux en pratique. Il faut avoir une personnalité forte pour changer la façon dont on vie notre vie quotidienne pour le seul bénéfice de l’environnement et des animaux. Ces traits admirables sont la raison pour laquelle j’ai écrit cet article pour les végétaliens et végétariens. Tout le monde a besoin d’entendre ce message, mais Il commence avec les végétariens parce que vous êtes à la pointe de l’activisme de la nourriture. Vous êtes plus susceptibles de vous préoccuper des faits que je présente, et d’agir sur eux.

 

Je vous encourage à lire avec un esprit ouvert. Mais je souhaite aussi que vous acceptiez mes arguments à moins qu’ils ne soient pas logiques, et conforme à l’éthique.

 

Si vous restez avec moi à travers cet article, je vous garantis que vous allez apprendre beaucoup de choses que vous ne saviez pas avant. Si vous lisez les articles justificatifs  vous pourrez également partager une excellente compréhension de l’agriculture durable, la bonne gestion de l’élevage, de la restauration des déserts, et plus encore.

 

 


2. La Révolution actuelles de l’agriculture


 

Article complet: L’avenir de l’agriculture est régénérative

Au cours des dernières décennies, de nouvelles techniques de production alimentaire ont été développés, qui nous permettent de produire des aliments tout en régénérant simultanément l’environnement et les écosystèmes locaux.

Contrairement à ce qu’il se fait actuellement  il est possible de « nourrir le monde » durablement, sans détruire notre sols, biodiversité, qualité de l’eau, ou de la santé.

Ces techniques se répandent comme une traînée de poudre. L’agriculture durable exige du bétail ( je vais vous expliquer plus tard) et donc le fait que l’agriculture durable devienne rapidement dominante a des implications majeures pour l’éthique : manger de la viande (également discuté plus tard dans cet article).

Êtes-vous quelque part en Amérique du Nord, en Europe ou en Australie en ce moment? Si oui, il est presque certain qu’il a un agriculteur durable à une heure de route de là où vous êtes.

Il n’y a aucune base de données centrale contenant toutes les agriculteurs durables dans le monde, malheureusement, de sorte qu’ils peuvent être difficiles à trouver. Mais j’ai créé cette liste pour aider les gens à en trouver à proximité de chez eux.

 

shepard2

Ferme de Mark Shepard dans le Wisconsin.

 

 

 

Pourquoi l’agriculture durable est prise en charge?

 

La principale raison de l’agriculture durable est un gain en dynamique et que l’agriculture durable est généralement plus rentables que l’agriculture conventionnelle.

Pourquoi les techniques durables plus rentable? (bénéfice = recettes – dépenses)

Parce qu’ils sont tout aussi productifs, en termes de nombre total de calories, comme la production de céréales conventionnelle. Et parce que les agriculteurs peuvent généralement payer plus pour leurs produits (revenus égale ou supérieure ).

Parce que la production durable nécessite peu, voire aucun, intervenants externes. Les achats ( des machines et des produits pour la terre) sont le coût majeur sur la plupart des fermes conventionnelles. Les engrais sont remplacés par le réseau alimentaire du sol. Les herbicides sont remplacer par du paillis, des sols sains, et la planification des cultures intelligent. Les insecticides sont remplacés par les oiseaux, la biodiversité, la santé des sols. Les fongicides sont remplacés par la biologie du sol sain. En outre, le sol en bonne santé sur les fermes durables sont en mesure de tenir plus d’eau et utiliser plus efficacement la pluie qui ne tombe. Cela signifie que l’agriculteur n’a pas à dépenser autant d’argent sur l’irrigation et ne perd pas autant de revenus pendant les sécheresses (dépenses inférieures).

Remarque: Si vous avez des doutes sur les revendications que je fais sur l’agriculture durable s’il vous plaît se référer à mon poste « Evidence for Regenerative Agriculture ».

 

Ainsi, l’agriculture durable produit autant, ou mieux,  tout en réduisant considérablement les coûts. Cela signifie plus de profits pour l’agriculteur.

 

 

12189961_1216627751697643_5598770528494961516_n

Une ferme « No-Till » de légumes en Californie faisant 100.000 $ / acre.

 

Donc, l’agriculture durable est la voie de l’avenir. Elle prendra le relais, car elle est plus rentable pour l’agriculteur. Et il en faudra plus que celle existantes (combustibles fossiles, le fondement de l’agriculture conventionnelle, ne durera pas éternellement).

* Note: Pour faciliter la compréhension Je utilise le mot « agriculture durable » dans cet article. Mais ce dont je parle spécifiquement peut être mieux définie comme «l’agriculture régénératrice ». Certaines techniques souvent étiquetés comme «durable» (comme l’agriculture biologique) ne sont pas réellement durable. Tout ce qui tombe sous le label de « l’agriculture régénératrice », d’autre part, est durable, c’est là où la distinction réside.

Article complet: l’agriculture biologique en comparaison de l’agriculture régénératrice

Donc, dans ce nouveau monde de l’agriculture durable, devrions-nous manger de la viande? Jetons un coup d’œil à cette question …

 


3. Il est impossible de produire des aliments de façon durable Sans grand nombre d’animaux


 

Article complet:  Pourquoi l’élevage sont nécessaires à la production de nourriture pour être durable

sommaire de l’article complet:

1.Un réseau alimentaire du sol sain est nécessaire pour la production alimentaire durable.

2.L’élevage est nécessaire pour maintenir la santé de la chaîne alimentaire du sol.

12208754_1077467005610686_5970371782093160328_n

Pour remplacer les engrais qui servent à nourrir le  sol. Ce champ de maïs durable est sur le point d’être pâturée par le bétail.

 

1) Une alimentation saine  du sol est nécessaire pour la production alimentaire durable

Article à l’appui: le fondement de tout: Le réseau alimentaire du sol

En bref, la santé de la chaîne alimentaire du sol détermine:

le montant total des terrains nécessaires pour la production alimentaire

le contenu nutritionnel des aliments

la quantité d’eau nécessaire à l’irrigation et l’effet de la sécheresse

la quantité de pesticides nécessaire pour l’agriculture

le prix des aliments

Si la la chaîne alimentaire du sol tombe en dessous d’un certain seuil, il est en fait impossible de produire durablement assez de nourriture pour les humains sur la Terre. Le bétail est nécessaire pour maintenir la chaîne alimentaire du sol au-dessus de ce seuil minimal sur le long terme.

 

 

2) l’élevage est nécessaire pour maintenir la santé de la chaîne alimentaire du sol

Maintenir la chaîne alimentaire du sol avec du bétail  par piétinement et par le pâturage.

le piétinement recouvre la surface du sol, protéger les microorganismes du sol, empêchant l’évaporation, modérant la température, fournissant de la nourriture pour le sol, et la prévention de l’érosion.

Le pâturage permet aux plantes d’envoyer beaucoup d’énergie dans le réseau alimentaire du sol pour la repousse. Chaque fois que cela arrive, le réseau alimentaire du sol devient plus fort et plus de sol est créé.

Les animaux sauvages, ou la technologie, ne peuvent pas remplacer l’action du piétinement et le pâturage du bétail .

Le bétail est également nécessaire pour la production alimentaire durable parce que les plantes exigent la disponibilité accrue des éléments nutritifs fournis par le fumier animal. Les animaux sauvages ne peuvent plus remplir ce rôle, et la technologie ne peut pas reproduire à l’échelle requise toute la production alimentaire mondiale.

Le bétail est également nécessaire pour déplacer les éléments nutritifs des basses terres aux terres hautes. Une vache mange une plante à partir d’une vallée, se promène jusqu’à la colline (ou est déplacé vers le haut par un humain), et dépose ensuite ces nutriments sur la colline quand elle défèque. Si cette fonction de l’écosystème n’est pas fourni tous les éléments nutritifs  se déplaceront éventuellement vers l’océan. Les animaux sauvages ne peuvent plus fournir cette technologie, le bétail peut fournir ce service de manière fiable et contrôlable.

 

11903810_10204855582136968_3893182442912103846_n

L’action de piétinement du bétail  bien géré.

 

Le plus de bétail présents, le plus on verra les avantages mentionnés ci-dessus (les coûts des aliments plus faibles, moins de terres, moins d’eau, une meilleure nutrition, etc.). Donc, il y a de bonnes raisons pour maximiser le nombre de têtes de bétail sur nos paysages.

Mais, en tant que végétariens, vous vous demandez probablement « quel est le nombre minimum de bétail nécessaires à la production alimentaire durable? » La réponse honnête est que nous ne savons pas avec certitude parce que personne n’a fait les recherches nécessaires. Cependant, si nous regardons les principes de l’évolution qui influencent nos écosystèmes, nous pouvons en déduire que nous aurons besoin de beaucoup de bétail. Je l’ai estimé à un minimum d’environ 22 millions de bovins sur une base permanente pour maintenir la productivité de base de terres cultivées actuelle aux États-Unis et au Canada en l’absence d’engrais. Ceci exclut les millions de bovins nécessaires pour restaurer les paysages fragiles en Amérique du Nord et les millions qui sont actuellement sur les prairies et doivent y rester.

Élevage correctement gérés: l’élevage doit être géré correctement ou il va dégrader les écosystèmes au lieu d’être essentiel pour leur santé de base. Lire Quelles sont les conditions pour gérer correctement l’élevage pour savoir ce que cela signifie.

Changement climatique: Certains d’entre vous peuvent être préoccupés par les conséquences du bétail et l’origine du changement climatique. S’il vous plaît lisez cet article intitulé l’élevage correctement géré la clé pour stopper le changement climatique.

 

 


4. Il est impossible de produire de la nourriture dans des environnements fragiles sans être axé sur l’élevage.


 

blog1

L’effet de l’élevage bien géré sur un environnement fragile en Afrique du Sud.

 

 

 

Les environnements fragiles sont tout simplement des régions du monde où l’humidité n’est pas distribuée uniformément tout au long de l’année. S’il vous plaît se référer à la fragilité du climat Échelle info-graphique pour une meilleure compréhension de ce qu’est exactement un environnement fragile est et pourquoi elle est importante.

Article complet: Pourquoi correctement gérés l’élevage est nécessaire dans les environnements fragiles

Avez-vous regardé le discours de  Allan Savory sur TED? C’est probablement le meilleur moyen d’obtenir une compréhension rapide des raisons pour lesquelles le bétail est nécessaire dans les environnements fragiles (pour plus d’informations en profondeur s’il vous plaît lire l’article complet) …

 

 

Veuillez accepter preferences, statistics les cookies pour voir cette vidéo.

 

 

Il est particulièrement important pour le bétail d’être correctement géré dans des environnements fragiles. Lire Quelles sont les conditions pour correctement gérer l’élevage pour savoir ce que cela signifie.

Juste au cas où vous êtes préoccupé par les changements climatiques et avez raté le lien précédent à cet article, il est à nouveau ici: l’élevage correctement géré est la clé pour arrêter le changement climatique.

 

 

 

 


5. Par conséquent, le développement durable exige un grand nombre d’élevages sur toutes les terres agricoles et toute les terres fragiles.


 

deserts-ringed-in-red-300x188

Régions fragiles du monde entourées en rouge.

 

world-map-of-cropland-and-pastureland-sage0

Une carte des terres agricoles mondiales.

 

 

 

La production alimentaire dans des environnements fragiles nécessite un grand nombre de têtes de bétail . La production alimentaire agricole doit nécessairement être une petite proportion de la production alimentaire dans ces régions par rapport à la production animale. Sur toutes les autres terres productives, nous devons également avoir un grand nombre de têtes de bétail, mais probablement pas autant que dans les environnements fragiles.

 

 

 


6. Ce bétail mourra


 

Un grand nombre de têtes de bétail dans le monde entier vont mourir si nous développons pas une civilisation durable.

 

 

 


7. Nous devrions probablement tuer ces élevages


 

Quelle est la manière la plus éthique et logique pour ces animaux de mourir?

Je vais essayer de vous donner toutes les informations qui ont des conséquences éthiques, et je vais proposer ce que je pense être le choix  logique. Mais vraiment, cela reste une question ouverte, et je vous encourage à y penser  attentivement. Ce sera un vrai problème dans un avenir proche.

dead_animal

Les animaux qui sont morts de faim.

 

 

 

Il y a plusieurs façons différentes pour l’animal de mourir dans un monde de l’agriculture durable.

      1. Mort sans «intervention» (vieillesse, maladie, blessure, un empoisonnement, une crise cardiaque, etc.)

      2. Mort par « des prédateurs naturels » (coyotes, des loups, des lions, des ours, des serpents, des chiens domestiques, etc.)

      3. Mort par «intervention humaine» (habituellement accompli avec un piston à air alimenté au cerveau, ou fendre la gorge, ou avec un pistolet, etc.)

 

 

 

 

Examinons toutes ces options pour voir ce que le choix le plus éthique pourrait être:

Type de mort

Avantages

Les inconvénients

Aucune intervention (cancer, maladies, jambe cassée, la famine, de la vieillesse, de l’intoxication)

Pas aussi traumatisante pour l’animal que d’être mangé par un prédateur. Autorise une durée de vie la plus longue possible. Il y a une possibilité pour l’animal de mourir rapidement et sans douleur, mais cela est rare dans la nature.

Mourir par la maladie, une blessure ou autre maladie physique interne implique généralement une grande quantité de souffrance sur une longue période de temps. Regarder les animaux mourir d’une blessure ou une maladie sans intervention médicale, et vous aurez une compréhension vive de quelle horreur ce type de  mort peut être. (Référence)

Prédation naturelle (loups, des lions, etc.)

La souffrant généralement ne dure que quelques minutes à une heure. (Pas autant que la durée  par maladie, blessure, etc.)

  Êtretué par des prédateurs sauvages est probablement la mort la plus douloureuse et terrifiante imaginables. (Référence)

Prédation humaine ( pistolet à air, coup de fusil au cerveau, égorger, électricité, etc.)

la souffrance ne dure qu’un instant ou quelques secondes, au plus.

Généralement l’animal ne sait pas qu’il est sur le point de mourir, il est généralement pas autorisé à voir les autres animaux tués.

La plupart des abattoirs (abattoirs) dans les pays développés sont capables de faire mourir des milliers d’animaux par jour. (Référence) Mais les petits abattoirs sont probablement la meilleure option si vous voulez garantir la mort la plus humaine possible. (Lien)

Les conditions de la mort dépendent de la décence et de la compétence de l’abatteur. Il pourrait y avoir accidentellement des dérapage à l’occasion. L’animal peut avoir peur de l’environnement ou des humains impliqués avant la mort si elle ne se fait pas avec soin.

 

A-pack-of-wild-dogs
Mort par les prédateurs sauvages.

 

1-1-captive-bolt-stunning
Vache sur le point d’être tué avec moderne pistolet électrique. Un mort instantanée.

 

images-1
Mort instantanée d’un cochon. 

  Abattre ces animaux nous-mêmes, avec des méthodes modernes et humaines, est de loin la meilleure façon pour eux de mourir en termes de quantité de souffrance que cela entraîne.


8. Nous devrions probablement mangez de la viande de ces élevage


 

11923559_10204897900434899_6514364789909132712_n
  Résultat de l’attaque de coyotes sur une vache morte. 12 heures après la mort.

Il y a plusieurs choses qui peuvent se produire sur le corps d’un animal après sa mort:

  1. Décomposition passive. (Décomposé par les insectes, les oiseaux, les organismes du sol, etc.)
  2. Mangé par les charognards ou des prédateurs. (Coyotes, chiens, loups, etc.)
  3. Enterré par les humains.
  4. Incinéré par les humains.
  5. Mangé par les humains.

Examinons les avantages et les inconvénients de chaque option:

 

Option

Résultat positif

Inconvénients

Décomposition passive (des organismes du sol, insectes, oiseaux, etc.)

  • Fertilise un  terrain pour plusieurs années.
  • Crée un danger biologique potentiellement mortelle pour les humains (multiplié par les millions d’animaux qui seraient morts chaque année).
  • Peuvent contaminer les sources d’eau.
  • Mauvaise odeur.
  • Il n’y a pas d’incitation économique pour l’agriculteur de prendre soin du bien être des animaux .
  • Prend beaucoup de temps à se décomposer
  • Bio-risque et l’odeur sont bien pires si tous les corps sont transportés à un endroit central
  • Ne pourrait être stoppé qu’en supprimant les populations de prédateurs et charognards sauvages de la région
  • Perte de  revenu potentiel réduit les profits des agriculteurs qui entraîne une hausse des prix alimentaires
  • Calories ne servent pas à subvenir aux besoins humains signifient que plus de terre sont nécessaire pour l’agriculture (moins de terres total peuvent être consacrée aux écosystèmes sauvages)

Mangé par les charognards et les prédateurs (coyotes, les chiens, les loups, les corbeaux, etc)

  • Un peu de fertilisation du sol.
  • Carcasse se décompose rapidement (moins d’odeur et de la bio-risque).
  • Nourris l’activité du prédateur / charognards pour quelques jours
  • Encore une mauvaise odeur et bio-risques
  • Il n’y a pas d’incitation économique pour l’agriculteur de prendre soin des animaux bien
  • Perte de revenu potentiel réduit les profits des agriculteurs qui entraîne une hausse des prix alimentaires
  • Calories ne servent pas à subvenir aux besoins humains signifient que plus de terre totale sont nécessaires pour l’agriculture (moins de terres total peuvent être consacrée aux écosystèmes sauvages)
  • Sur une grande échelle, cela causerait une énorme augmentation du nombre de prédateurs et charognards, ce qui serait dangereux et coûteux pour la société humaine moderne.

Abattage par l’homme

  • Un peu de fertilisation du sol.
  • Pas d’odeur
  • Peut polluer les eaux souterraines
  • Se décompose lentement, libérant des gaz et produits chimiques nocifs.
  • Nécessite des équipements coûteux, le carburant, les infrastructures et la main-d’œuvre
  • Aucune incitation économique pour les agriculteurs de donner à leurs animaux de bonnes vies
  • La perte des revenus potentiels de la viande  qui augmente tous les prix des denrées alimentaires
  • La perte de production de calories, signifie plus de terrains nécessaires pour l’agriculture et moins de disponibilité pour les écosystèmes sauvages

  Incinération par l’homme

  • Pas de danger biologique
  • Prend moins d’espace physique que l’enterrement
  • Pollue l’atmosphère
  • Supprime les éléments nutritifs de l’écosystème
  • Nécessite beaucoup d’argent, de l’énergie, des infrastructures et du travail  sur une grande échelle
  • Aucune incitation économique pour les agriculteurs de donner à leurs animaux de bonnes vies
  • La perte des revenus de la viande qui augmente tous les prix des denrées alimentaires
  • La perte de production de calories, signifie plus de terrains nécessaires pour l’agriculture et moins disponibles pour les écosystèmes sauvages

Mangés par les humains *

  • Une vache fournit toutes les calories pour un être humain pendant un an, au moins.
  • Peut potentiellement fournir d’autres produits comme des vêtements, des engrais ou des outils.
  • Fournit un meilleur revenu pour les producteurs de denrées alimentaires, la réduction des prix alimentaires
  • Calories supplémentaires générés à partir de la terre signifient que moins de terre totale est nécessaire pour la production alimentaire humaine, plus de terre est disponible pour les écosystèmes sauvages.
  • Fournit une forte incitation économique pour l’agriculteur pour élever des animaux sains et heureux (animaux sains et heureux dans ce cas feront gagner à l’agriculteur plus d’argent que les animaux malheureux et insalubres).
  • Les carcasses devront être propres, ce qui exige probablement que l’animal soit tué avant sa mort naturelle.
  • Les animaux plus âgés sont plus difficile à vendre et la viande à un goût fort, fournissant la motivation de tuer des animaux jeunes
  • Si quelques têtes de bétail ne sont pas réservés aux prédateurs et charognards sauvages alors leurs populations vont diminuer, ce qui va probablement dégrader les écosystèmes où ils vivent.
dsc_0251-678x1024
Viande de cochon

 

* Remarque: Si le bétail  est consommés par les humains l’animal aurait besoin d’être abattu de manière hygiénique. Ce serait plus facile à réaliser en tuant l’animal  un certain temps avant qu’il soit mort naturellement (ce qui pourrait signifier des années ou mois, je ne sais pas), au lieu de le retrouver après qu’il soit mort. Dans le pire des cas, seul le muscle de la viande sera mangée ce qui fournis des protéines et de calories pour un seul homme pendant environ 1 an (vache), environ 6 mois (porc, chèvre), environ 1 mois (cerfs, moutons), environ 10 jours (Dinde), ou 3 jours (poulet) en supposant qu’ils ne mangent de la viande et consomment 2000 calories par jour. (référence)

Décider par vous-même

J’ai essayé de fournir une description complète de toutes les options disponibles pour les animaux que nous allons avoir besoin de réunir pour la production alimentaire durable. Je ne peux pas vous dire ce que le choix est « correct » parce que cela va dépendre de votre système de valeurs personnelles.

Mon choix

Si nous essayons de maximiser le bien-être des animaux, notre meilleur choix est de:

  • permettre aux animaux de vivre de longues vies
  • les tuer humainement (avant qu’ils meurent de maladies, blessures, etc.)
  • manger leur viande et utiliser tout l’animal (cuir, os, graisse, etc.)
  • permettent aux animaux sauvages de manger un certain pourcentage de l’élevage, de maintenir leurs populations et les écosystèmes qu’ils soutiennent

 

Mon choix est seulement différent des pratiques actuelles de l’agriculture durable de deux manières:

  1. Actuellement, la plupart des animaux sont tués à un jeune âge, parce qu’ils ont meilleur goût que les animaux plus âgés. Ainsi, afin de les laisser vivre plus longtemps, nous aurions besoin d’apprendre à aimer le goût et la texture de la viande provenant d’animaux plus âgés.
  2. Actuellement, une bonne partie de la carcasse de l’animal est jetée (ou pas utilisé à son plein potentiel) lors du traitement en boucherie. Nous devrions apprendre à manger, ou utiliser, l’animal entier.
BeefBar
La viande éthique et durable (de l’élevage bien géré) est déjà largement disponible dans de nombreux endroits.

 


9. ÉTHIQUE DE PERTE POTENTIELLE


 

 

Il est préférable pour un animal d’exister et vivre heureux, que de ne pas exister.

Avons-nous un devoir éthique pour permettre à un animal d’exister sur un terrain donné si elle sera heureux et si son existence ne nuira pas à l’environnement ou à d’autres animaux?

normal_buffalo-herd-24x36-240dpi

 

Les écosystèmes de la Terre peuvent soutenir des chiffres effarants d’ animaux, à la fois grands et petits. La plupart des écosystèmes de la Terre sont actuellement sous-peuplé d’animaux par rapport à ce qu’ils pourraient soutenirs. (Référence) Nous avons suffisamment progressé dans notre compréhension de la biologie et de l’écologie , c’est pourquoi si tous les écosystèmes sur Terre ne soutiennent pas sa population à son plein potentiel d’animaux, c’est parce que nous avons choisi (par action ou par inaction) ce sort pour l’écosystème.

 

Les trois paysages de la Terre dans lequel ceci est un gros problème en particulier sont les terres cultivées, zones urbaines et paysages fragiles. En raison de notre gestion, ces paysages prennent actuellement en charge une fraction seulement de la vie de la biodiversité animale qu’ ils pourraient soutenir.

Est-ce que cela n’a  pas des implications éthiques?

Ne pas oublier que l’augmentation du nombre de têtes de bétail sur la plupart de la surface de la Terre aura de nombreux avantages pour l’environnement et pour les gens. (voir la section 3 et 4 ci-dessus)

La meilleure façon de maximiser le nombre d’animaux  qui vivent une vie heureuse est de soutenir les fermes d’élevage bien géré. La meilleure façon de les soutenir est d’acheter, et de manger, leur viande. En mangeant seulement les plantes vous réduisez le nombre d’animaux qui vivent des vies heureuses.

Je vous encourage à examiner cette question attentivement et comprendre la valeur que vous placez sur la vie potentiels des animaux heureux.

Note: Nous devrions certainement être plus préoccupés par la souffrance réelle des animaux qui svivent dans les élevages industriels dans des conditions inhumaines en ce moment. Arrêtons cette merde! Notre choix n’est pas entre le soutien des fermes industrielles ou ne pas les soutenir. Nous avons le choix de soutenir ou de ne pas soutenir, l’existence du bétail heureux. Donc, nous devrions passer au moins un peu de temps à réfléchir sur cette question.


10. Changement climatique


 

En raison du nombre de personnes me questionnant sur l’élevage et la relation avec les changements climatiques, j’ai ajouté cette section pour régler ce problème particulier.

S’il vous plaît lire l’article complet ici: « Pourquoi l’élevage correctement géré est la clé pour arrêter le changement climatique »

Oui … J’ai vu le film « Cowspiracy ». Il fait un excellent travail à mettre en évidence la puissance destructrice de l’élevage classique et le manque de sensibilisation sur cette question. Cependant rien dans ce film ne met en évidence les points que je mentionne dans cet article.

La plupart des statistiques folles que vous voyez à propos de l’élevage provoquant la destruction de l’environnement sont vrai … mais ces statistiques ne parlent pas de l’élevage bien géré! Il y a une énorme différence!

En bref, le bétail  bien géré est probablement neutre en méthane  ( séquestrant ce méthane dans les sols, la recherche dans ce domaine est encore difficile à trouver) et c’est la méthode la plus puissante et pratique pour la séquestration du carbone .


Conclusion


 

Les Agriculteurs durables doivent élever du bétail, ou utiliser les services de l’élevage de quelqu’un d’autre, afin de maintenir leur productivité de base. Il doit y avoir un assez grand nombre de ces animaux, en particulier dans les environnements fragiles. Ces animaux finissent par mourir. La mort la plus humaine pour tout animal doit ce faire par des techniques d’abattage humains modernes au plus proche de la fin de leur vie naturelle. La plupart de ces animaux morts doivent être consommés par les humains pour réduire la base totale des terres utilisées pour l’agriculture, pour s’assurer que ces animaux reçoivent une vie heureuse, pour réduire les problèmes liés à ne pas les manger, et parce que les humains peuvent probablement utiliser les calories pour faire plus bien dans le monde qu’un paquet de charognards ou des organismes du sol ne le peuvent. À mon avis, le choix le plus éthique alimentaire que vous pouvez faire est de manger les plantes et les animaux des fermes durables. Que pensez-vous, maintenant que vous avez lu cet article? Cela a changé votre opinion de ce qu’elle était quand vous avez commencé? S’il vous plaît commentez et faite le moi savoir.

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’agriculture durable / régénérative (y compris le rôle de l’élevage, et de la chaîne alimentaire du sol) s’il vous plaît visitez cette page des ressources avec les liens que je l’ai personnellement trouvé  utiles.

 source en anglais

Letter+To+A+Vegetarian+Nation

Buy Now

Articles Similaires:


6 Comments

  1. Val Vi

    15 décembre 2015 at 19 h 54 min

    Merci..la vue d’ensemble quoi..pas un effet de « mode » ou « d’éthique » 😉

  2. Mélanie Fillerette

    17 décembre 2015 at 1 h 21 min

    Quel boulot Mario :), Bravo !

    • Carole Martin

      17 décembre 2015 at 2 h 53 min

      Il est fort mon daddy, hein ? ?

    • Mario De la Vega

      17 décembre 2015 at 13 h 01 min

      Mdr merci sweety ?

  3. Mélanie Fillerette

    17 décembre 2015 at 1 h 22 min

    Je partage bien sûr, sans compter que je garde ton lien au chaud 😉

  4. Anonyme

    7 décembre 2016 at 17 h 30 min

    Bonjour, je dois avouer que j’ai lu + ou – en diagonale mais je veux juste apporter ma contribution sur mon avis sur la mort des animaux d’élevage, je suis d’accord avec vous qu’il faut laisser une partie se faire manger par les prédateurs naturels, mais par contre quand vous dites « les abattre avant qu’ils meurent de maladie ou de blessures » je trouve qu’on devraient les laisser mourir de vieillesse le plus possible, avoir recoure aux soins palliatifs en cas de maladie incurable et tant que ces soins palliatifs permettent à l’animal de ne pas souffrir ou peu (en tout cas dans une proportion où il apprécie quand-même la vie). Essayer de les soigner en cas de blessure et surtout faire passer la préservation de leur vie avant les considérations de type rendement : par exemple si on a un animal qui a une tumeur cancéreuse incurable, on lui donne des anti-douleurs efficaces jusqu’a ce qu’il meure même si cela rend sa chair inconsommable. Avis discutable biensur.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.