Connect
To Top

Et si l’homme n’était qu’un jardinier ayant perdu la mémoire ?


Et si la diversité biologique de la forêt amazonienne était le fait des humains ?

Philippe Descola, anthropologue au CNRS, explique le rôle joué par les Indiens Achuar qui, depuis toujours, considèrent cette forêt comme un jardin, un espace transformé par les esprits. Au fil des millénaires, ils ont planté une grande diversité d’espèces modifiant profondément leur milieu…

 

source


0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments