Connect
To Top

Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin


Les bienfaits de la sauge officinale

Depuis l’Antiquité cette plante indispensable au jardin, n’a cessé de prouver son efficacité. Le célèbre dicton « qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin » résume à lui seul ses nombreux bienfaits. Avec les connaissances actuelles du microbiote intestinal tout s’explique.

 

 

Le nom latin de la sauge officinale évoque ses propriétés médicinales puisque « salvare » signifie sauver, guérir. Déjà les Égyptiens reconnaissaient ses vertus, les Romains entouraient sa récoltes de rituels et elle était couramment utilisées dans de nombreuses potions au cours du Moyen Âge. De nos jours, elle reste une plante primordiale de la pharmacopée, et entre dans de nombreuses préparations de phytothérapie.

Un puissant antiseptique

Astringente, la sauge permet de soigner rapidement les piqûres et morsures ; il suffit de frotter quelques feuilles fraîches sur la plaie, pour calmer douleurs et démangeaisons.Antiseptique et astringente, la sauge viendra à bout de la plupart des maux de gorges. On l’utilisera sous forme d’infusion et de gargarismes. De même pour le traitement des aphtes. Anti-microbienne son huile essentielle réduit les secrétions bronchiques. Elle est aussi utilisée depuis toujours dans le traitement de l’asthme ; ses feuilles séchées seront alors fumées.

Des propriétés digestives:

La sauge ouvre l’appétit, elle régularise la digestion. Une infusion de sauge permettra de faire passer un repas trop copieux. Son effet antispasmodique atténue les crampes d’estomac et les maux de ventre. Elle soulage aussi les ballonnements et réduit les gaz intestinaux.

Un tonique nerveux :

Les infusion de sauge seraient capables de calmer les crises survenant au cours de la maladie d’Alzheimer. Des chercheurs iraniens ont utilisé avec succès des extraits de sauge officinale chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer (à un stade moyen) : 4 mois de traitement, amélioration légère des fonctions cognitives et atténuation de l’agitation, pas d’action sur l’évolution de la maladie. Cette plante aurait en outre des propriétés tranquillisantes. La sauge serait également bénéfique chez des sujets sains en prévention, car elle améliorerait les performances cognitives.

Régulateur hormonal:

La sauge est un remède ancestral bien connue des femmes pour réguler le cycle menstruel et éviter le phénomène de syndrome pré-menstruel.

Elle est aussi très utile pour minimiser les troubles de la ménopause. Bien que son action hormonale ne soit pas encore clairement élucidée, la sauge permet de réguler la transpiration et les bouffées de chaleur, elle aide l’organisme à s’adapter aux changements hormonaux durant cette délicate période.

En prévention et pour soigner l’herpès labial :

L’Etude d’une crème pour soigner l’herpès labial : mélange d’extrait hydroalcoolique de rhubarbe (23 mg/g de crème) et d’extrait aqueux de sauge (23 mg/g de crème) par comparaison à un antiviral classique (aciclovir= « zovirax ») en crème labiale (50 mg/g de crème) démontre les résultats suivants :
Temps moyen de guérison : 7,6 jours pour sauge seule, 6,7 jours pour le mélange sauge-rhubarbe et 6,5 jours pour le zovirax.

 

Autres propriétés :

 

-La sauge est sou­veraine en cas de cram­pes, de mal­adies de la moelle épinière, de mal­adies des glan­des . Pour soigner ces mal­adies, on boit deux tasses répar­ties par gorgées, pen­dant la journée.

-La tisane a égale­ment une excel­lente action sur le foie malade, sup­prime les bal­lon­nements et les autres trou­bles liés aux mal­adies hépatiques.

-Elle a une action dépu­ra­tive, aide à dégager les mucosités des voies res­pi­ra­toires et de l’estomac, remédie au manque d’appétit et soigne les trou­bles intestin­aux et les diarrhées.

-Pour soigner les piqûres d’insectes, on fait des com­presses de feuilles de sauge broyées.

-En usage externe, la tisane de sauge est par­ti­c­ulière­ment recom­mandée en cas d’angines, de maux de gorge, de for­ma­tion de pus dans les dents, de pharyn­gite et d’inflammation de la cav­ité buccale.

-Beau­coup d’enfants et d’adultes auraient évité une opéra­tion des amyg­dales s’ils avaient util­isé à temps de la sauge. Lorsque les amyg­dales ont été enlevées, elles qui en tant que police du corps, arrê­tent et trans­for­ment les sub­stances tox­iques, ces dernières parvi­en­nent directe­ment aux reins.

-Une infu­sion de sauge est égale­ment utile en cas de dents bran­lantes et saig­nantes, de déchausse­ment des dents et de tumeurs gin­gi­vales. On fait alors des gar­garismes où l’on place des tam­pons d’ouate imbibée de tisane sur les par­ties malades

 

 

sources : aujardin.info – phytomania.com – magievegetale.fr

Articles Similaires:


1 Comment

  1. Mélanie Fillerette

    2 juin 2017 at 13 h 21 min

    Je partage Mario 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

More in Santé

Merci pour vos dons !

Si un de nos articles vous a plu , indiquez le au moment de l’envoi du don, cela nous aidera à vous apporter le type contenu que vous recherchez .